Rechercher

Lutter contre La cellulite : les huiles essentielles pour drainer et déstocker


la cellulite : pas seulement un problème esthétique


La cellulite est un problème essentiellement féminin. Les hommes sont moins touchés par ce phénomène, leur corps étant composé de 15% de masse graisseuse contre 25% chez les femmes.


Ceci s’explique par notre prédisposition naturelle et intrinsèque à enfanter. Dans le cas d’une grossesse et de l’allaitement qui s’ensuit, le tissu adipeux représente la réserve de calories de notre corps, constitué de graisses stockées dans l’hypoderme, la couche la plus profonde de la peau, pour faire face à ces évènements.


La nature a bien prévu les choses : la meilleure source d’énergie que l’on retrouve dans la nature est le gras, le corps stocke par conséquent les corps gras pour répondre à nos besoins énergétiques vitaux : la circulation sanguine, la croissance cellulaire, la régulation hormonale, la digestion. Les calories qui n’ont pas été métabolisées en énergie sont stockées sous forme de gras dans les cellules graisseuses du corps, les adipocytes, pour une future utilisation.


Le nombre d’adipocytes, qui varie d’une personne à l’autre, est déterminé à la fin de l’adolescence et ne connaîtra plus de réelles variations, sauf exception, à l’âge adulte. Cependant, la taille de ces cellules peut varier selon l’apport externe en gras.

Lorsque celui-ci est trop important, apparaît la cellulite. En raison de ce surplus graisseux, le tissu adipeux s’enflamme et laisse s’infiltrer des toxines et des liquides. Par manque d’élimination et de drainage, les cellules se bouchent et gonflent, surtout au niveau des hanches, des cuisses et du ventre.


La peau prend un aspect boursouflé, disgracieux. Une alimentation déséquilibrée, un manque d’exercice physique, les fluctuations hormonales, l’hérédité et le stress sont à l’origine de ce phénomène.


Les principaux types de cellulite


- La cellulite adipeuse : trouve son origine dans les causes hormonales et le mode de vie, qui l'accentuera ou la diminuera. Les hormones féminines jouent un rôle prépondérant dans l’accumulation de graisse et d’eau dans les tissus cutanés.

Ce sont les œstrogènes qui interviennent dans le stockage de graisse dans les parties basses de notre corps, où se trouve la majorité des adipocytes (cellules graisseuses) : ventre, fesses, hanches et cuisses. Ce qui va donner lieu à l’apparition de cellulite adipeuse, celle des kilos en trop.

Une alimentation trop riche en sucre et/ou en graisses intervient dans ce phénomène. La cellulite adipeuse est souple et indolore. Cette cellulite peut facilement être atténuée lors d’un rééquilibrage alimentaire et d’une dépense physique adaptés.


Un rééquilibrage alimentaire est en effet la première étape indispensable pour éliminer la cellulite adipeuse. Pour cela, il faut privilégier une alimentation saine et variée et limiter la consommation de mauvaises graisses pour privilégier les "bonnes graisses", nous y reviendrons, et limiter la consommation de sucres ajoutés.


- La cellulite aqueuse : Une seconde hormone féminine, la progestérone, fluctue au gré du cycle menstruel féminin, elle peut perturber la circulation veino-lymphatique et pousse le corps à stocker eau et sodium, produisant la rétention d’eau.


Elle est plus courante chez les femmes que chez les hommes pour une raison anatomique : la forme des adipocytes. Chez l’homme, ceux-ci sont petits, collés entre eux et verticaux. Chez la femme, ils sont plus gros, en forme de losange. De sorte que l’eau peut se trouver coincée entre ces cellules et provoquer des troubles circulatoires, une rétention d’eau et une cellulite dite "aqueuse".

Ce type de cellulite est généralement accompagné de gonflements, de douleurs et de fourmillements dans les jambes. Au-delà de la gêne que ces phénomèmes peuvent provoquer, la rétention d'eau et les troubles circulatoires peuvent entraîner de réels problèmes de santé qu'il vaut mieux prévenir ou endiguer le plus rapidement possible en adoptant les mesures nécessaires.


La rétention d’eau se manifeste par :

  • Un aspect œdématié, surtout au niveau du bas du corps ;

  • Des sensations de jambes lourdes ;

  • Un aspect bosselé (peau d’orange) ;

  • Parfois, des gonflements au niveau des doigts, des pieds ou du visage.

Elle est principalement due à une « paresse lymphatique » : la lymphe (liquide incolore circulant dans les vaisseaux lymphatiques, qui draine les toxines et les débris cellulaires pour la débarrasser de ses résidus et ainsi éviter les œdèmes) circule difficilement et ne remplit plus correctement sa fonction émonctoire (nettoyage des toxines). Outre l’aspect disgracieux, la paresse lymphatique peut provoquer bien d’autres problèmes.


- La cellulite fibreuse : elle est généralement incrustée depuis longtemps et est souvent douloureuse au toucher. On la retrouve généralement au niveau des cuisses, des genoux, parfois au niveau des fesses. Elle est le résultat d’un durcissement du collagène de notre corps, qui emprisonne les cellules graisseuses et les toxines, rendant leur élimination difficile. La cellulite fibreuse est dite « incrustée ». C’est la forme de cellulite la plus difficile à déloger. Ce type de cellulite est souvent dû à un manque d’activité physique, une alimentation déséquilibrée et riche en sucres ajoutés ou parfois, à un bouleversement hormonal.

Elle peut toucher toutes les femmes, minces ou rondes. Un draineur peut ainsi avoir un effet positif sur la cellulite, surtout si elle est de type aqueux.


À quel moment survient la cellulite ?


Chaque bouleversement hormonal de la vie d’une femme peut générer un développement de cellulite. Les principales fluctuations hormonales apparaissent :

  • À l’adolescence, lors de l’arrivée du cycle menstruel ;

  • Avant chaque menstruation (syndrome prémenstruel - SPM) ;

  • Lors de la prise d’un contraceptif oral (pilule) ;

  • Lors d’une grossesse et de l’allaitement ;

  • Lors de la périménopause (les années qui précèdent la ménopause) puis de la ménopause.

Ces périodes entraînent des hausses et des baisses de production d’œstrogènes et de progestérone. Ainsi, le corps met en place des actions de stockage de graisse et d’eau.


Autres causes possibles


Outre les bouleversements hormonaux auxquels les femmes sont soumises au cours de leur vie, divers facteurs entraînent l’accumulation de cellulite :

- L’hérédité : le nombre et la taille des adipocytes sont fortement liés à notre patrimoine génétique. Il en est de même pour l’insuffisance veino-lymphatique.

- L’hygiène de vie : Une alimentation riche en sucres ajoutés et en mauvaises graisses (gras-trans- graisses hydrogénées, huiles trop riches en Omega 6, etc.) couplée à une sédentarité imoprtante encouragent non seulement le stockage de gras et de toxines, mais également la rétention d’eau.

- Certaines pathologies comme le stress chronique, la dépression, un dysfonctionnement de la glande thyroïde, peuvent provoquer une rétention d’eau.


Idée reçue : La cellulite vient avec le surpoids : Oui mais pas seulement


Inutile de nous culpabiliser, on peut être très mince, ne pas grossir et avoir de la cellulite. En effet, toutes les femmes peuvent en souffrir qu’elles soient rondes, maigres, petites ou grandes, bien qu’elle soit plus fréquente chez les femmes rondes. En raison de la forte présence de testostérone, les hommes en sont en grande partie épargné sauf en cas de surpoids.


Plusieurs mesures à prendre :


Tout d’abord, il s’agit d’accepter le fait qu’avoir de la cellulite fait partie des stratégies que la nature a trouvé depuis des millénaires pour stocker la graisse, source essentielle d’énergie qui permet de faire face aux famines et à l’enfantement.

Le gras est par conséquent présent partout dans la nature. Elle est donc quasi inéluctable et ne s’élimine jamais complètement.


Lutter contre la cellulite par quelques mesures simples (et peu onéreuses)


- Bien s'hydrater : il s'agira d'activer la circulation lymphatique pour éliminer les toxines du corps, en les drainant. Un agent drainant, en favorisant l’élimination de l’eau et des toxines, soulage la circulation lymphatique défaillante.

Aussi, on peut considérer que boire suffisamment d'eau et des boissons drainantes aident à drainer les toxines. Pour commencer, il est donc nécessaire de vérifier qu'on s'hydrate correctement chaque jour avec suffisamment d'eau. Il est communément conseillé de boire au moins 1,5 litre d'eau par jour. Cette quantité est bien sûr indicative, en climat chaud et sec on s'hydratera davantage pour compenser les pertes en eau de l'organisme. L'important est d'être à l'écoute de son propre corps.


D'autres boissons agréables à boire draineront les toxines :

- Eau tiède au citron sans sucre ;

- Eau au pamplemousse sans sucre ;

- Thé vert sans sucre, sans lait ;

- Café sans lait, sans sucre ;

- Jus de tomate maison, agrémenté de persil, de citron aux vertus drainantes.


Ces boissons sont les plus simples à faire tout en étant économiques.